Histoire

Histoire

De sa fondation le 2 novembre 1859 à aujourd’hui, l’Agaunia a connu une riche histoire… avec quelques vicissitudes mais une étonnante vigueur dans sa longévité.

AUX SOURCES DE LA SOCIÉTÉ DES ÉTUDIANTS SUISSES

La Société des Étudiants Suisses (SES), fondée en 1841, trouve son origine dans les conflits qui opposaient les radicaux, partisans d’un renforcement du pouvoir central de la Confédération et d’une politique anticléricale, aux conservateurs, partisans de la souveraineté cantonale et adeptes d’une interaction entre l’Église et l’État. Cet antagonisme a atteint son paroxysme lors de la guerre dite du “Sonderbund” (1847), qui voit la défaite des cantons conservateurs.

Il fallait créer une Société pour réunir les étudiants conservateurs des différents cantons catholiques ».

Dès 1841 en effet, des élèves du Collège de Schwytz, puis de St-Michel à Fribourg et de Lucerne s’étaient réunis en une société destinée à réunir les étudiants conservateurs des différents cantons catholiques, dans l’idée de former une intelligentsia qui leur faisait défaut.

Le Valais voit naître très vite deux sections. La première à Sion, la « Rhodania » (1846), puis à Brigue, la « Brigensis » (1846). Après quelques réticences des autorités du Collège, on donne finalement la permission aux élèves de constituer une section à St-Maurice.

 

 

ENTRÉE DANS L'EXISTENCE

L’Agaunia, Section de la Société des Étudiants Suisses au Collège de l‘Abbaye de St-Maurice est fondée le 2 novembre 1859.

Ayant obtenu droit à l’existence, les fondateurs poursuivirent avec zèle l’œuvre commencée. Ils étaient fermement convaincus de la nécessité de grouper la jeunesse estudiantine catholique, afin de la préparer pour les luttes politiques qui étaient très vives.

Cette intention apparaît clairement dans l’article premier des statuts approuvés le 1er décembre 1859 : “Le but de la Section Agaunoise des Étudiants Suisses est le même que celui de la Société des Étudiants Suisses, c’est-à-dire :

  • Vertu: de conserver et d’augmenter parmi les étudiants catholiques l‘attachement à la foi de leurs pères et l’amour de la vertu ;
  • Science: de stimuler en eux le goût de l’étude, et, par des essais littéraires et scientifiques, les rendre plus aptes à remplir les devoirs de leur future vocation ;
  • Amitié: de cultiver l’amitié et disposer ainsi leurs cœurs aux généreux sacrifices qu’exige l’amour de la patrie et à l’union qui en fait la force.

C’est dans cette optique que l’Agaunia traverse le XIXe et le XXe siècle, affermissant sa position de bastion de la SES en terre romande et fournissant à l’Eglise de nombreuses vocations ; à la société civile des politiciens, médecins et magistrats.

L'ORGANISATION DE LA SECTION

Le zèle déployé par les fondateurs pour faire connaître l‘idéal de la Société attira bientôt la confiance des étudiants du Collège. Le tableau des effectifs relevé à différentes époques, montre qu’après un lent départ, la section enregistra un nombre croissant d’adhérents.

Pendant les plus de 160 années écoulées, les Statuts de la Section seront plusieurs fois modifiés pour être adaptés aux besoins des temps. C’est à partir de 1888 que le nom d’AGAUNIA remplaça l’expression de “Section Agaunoise des Étudiants Suisses”. La dernière refonte complète de nos textes date de 2015.

Pour la première fois en 1899, l’Agaunia nommait un Fuchsmajor, chargé spécialement de la formation des candidats ».

Le développement de la Section entraîna l’extension de sa structure. Dès ses débuts, la Société agrémentait ses sorties par des chants. Un responsable du répertoire musical fut désigné en 1860 et prendra plus tard le nom de Cantor. Pour la première fois en 1899, l’Agaunia nommait un Fuchsmajor, chargé spécialement de la formation des candidats. Le poste de bibliothécaire, commué dans la suite en celui d’archiviste, apparaît en 1916. La charge de caissier fut attribuée pendant certaines périodes cumulativement soit au secrétaire, soit au vice-président, avant de devenir un organe distinct.

Dès l’origine et jusqu’à nos jours, la protection et les conseils du Vereinspapa, qui furent le plus souvent des Chanoines de l’Abbaye, assurèrent la bonne marche et la vitalité de la Section.

L'Agaunia de l'année scolaire 1909-1910 dans la cour Saint Joseph..

LES THÉÂTRALES

Ainsi, l‘Agaunia produisit  avec succès les théâtrales du Collège. Le premier protocole qui fait mention du théâtre est daté du 20 décembre 1885. La Section projetait de donner une première vers Pâques.

Entre 1897 et 1959 l’Agaunia organisa chaque année une théâtrale ».

Dans les séances suivantes, il ne fut plus question de représentation. À partir de 1897, l‘Agaunia joue une pièce à Carnaval. Dès lors l’Agaunia organisa chaque année une théâtrale jusqu’en 1959. L’année suivante, la construction du nouveau Collège empêcha l’Agaunia d’organiser sa traditionnelle représentation.  Depuis, l’activité théâtrale connut un certain ralentissement et finit par disparaître.

Si les théâtrales du Collège ne sont plus depuis longtemps l’apanage de l’Agaunia, il n’est pas rare que des Agauniens prennent part au « groupe de théâtre » du Collège et cette tradition pourrait revenir au goût du jour.

Toutes les affiches des théâtrales de l’Agaunia sont archivée à l’Abbaye de St-Maurice.

LES GRANDES DATES

Il est impossible de mentionner toutes les manifestations qui ont jalonné la marche de l’Agaunia. Une place doit cependant être accordée à quelques événements qui ont marqué la vie de la Section.

À l’occasion de la réunion des Sections Romandes tenue le 2 août 1866 à Châtel-St-Denis, la Section Agaunoise inaugurait son premier drapeau aujourd’hui disparu.

Depuis sa fondation, l’Agaunia a connu 6 drapeaux ».

En 1874, la Section Agaunoise organisait la Fête Centrale de la Société des Étudiants Suisses à St-Maurice : « L’accueil fut cordial et l’hospitalité au-dessus de tout éloge… » note un chroniqueur de l‘époque. Trois ans après, le 4 juin 1877, un nouveau drapeau est inauguré ; et le 15 mai 1884, la Section célébrait ses 25 ans d’existence en présence des membres fondateurs.

En 1894, l’Agaunia fit l’acquisition d’un nouveau drapeau “magnifique étendard qui a coûté 500 francs, somme récoltée par la vente de 1500 billets de loterie”.

Le jubilé des 50 ans de la Section fut commémoré le 14 avril 1910.

Comme elle le fit précédemment, l’Agaunia organisa en 1923 une nouvelle loterie pour l’acquisition d’un drapeau, le 4ème. Celui-ci fut inauguré à l’occasion d’une réunion de la Vallensis (assemblée de tous les membres valaisans de la SES) tenue pour l’occasion à St-Maurice.

Le cinquième drapeau reçut la bénédiction le 23 avril 1950. Le nouvel emblème fut confectionné sur les dessins du peintre Albert Chavaz. Pour la circonstance, la Vallensis tenait à nouveau ses assises dans la cité agaunoise.

Le nouvel emblème fut confectionné sur les dessins du peintre Albert Chavaz et représente saint Maurice de plein pied ».

Les 9 et 10 mai 1959 l’Agaunia célébra son centième anniversaire : ces journées fastes dépassèrent même le cadre limité de la Section jubilaire pour atteindre les dimensions d’une grande rencontre de toutes les Sections des Étudiants Suisses de Romandie. A cette occasion, le Chanoine Henri Michelet publia une brochure qui retraçait l’histoire des 100 premières années de l’Agaunia.

Dès la fin des années 60, quelques évolutions récentes de la société mettent à mal l’assise de l’Agaunia et ses effectifs chutent brutalement… Il n’y a même plus assez de membres pour former un comité. Les archives de l’Agaunia sont marquées par un « trou » entre décembre 1969 et 1983.

"Pro Deo et Patria".. fête de la Vallensis à Brigue en 1924.

LA RÉACTIVATION ET L'ENTRÉE DANS LE XXIe SIÈCLE

L'Agaunia en mai 2011 au fond de la cour Saint Joseph..

Une lettre datée du 14 septembre 1983, du secrétaire de l’Ancienne Agaunia aux anciens membres : « L’Agaunia a repris ses activités dernièrement sous l’impulsion de Jérome Luyet, président pour l’année scolaire 82/83 ». La seule modification notable est un léger changement dans la forme de la casquette.

L’Agaunia a repris ses activités dernièrement… » (lettre du 14 septembre 1983).

Le 21 avril 1985, une Agaunia renouvelée fête les 125 ans de la société. L’Agaunia profite de cette lancée et organise, les 11 et 12 avril 1987, une compétition de natation, programme accompagné de Stamms, de conférences et d’une Kneipe.

Le 16 mai 1993, une délégation d’Agauniens s’est rendue à Rome pour la béatification du Bienheureux Maurice Tornay (1910-1949), Agaunien martyr au Thibet.

En 2009, St-Maurice voit se succéder la fête centrale de la SES et le Jubilé des 150 ans de l’Agaunia ».

L’année 2009 a connu deux événements majeurs puisque St-Maurice a accueilli entre le 27 et le 31 août la fête centrale de la Société des Etudiants Suisses, 135 ans après la fête centrale qui s’était déroulée là en 1877.

Deux mois plus tard, le 7 novembre 2009, la Section fêtait en grande pompe ses 150 ans d’existence en présence de nombreux anciens et d’invités.

En 2011, l’Agaunia a eu la chance d’inaugurer un nouveau drapeau financé par les bénéfices de la fête-centrale de 2009. La soirée, à l’instar du Jubilé de 2009, a vu la présence de nombreux anciens et amis de la section.

En 2019, St-Maurice renouvelait l’expérience de 2009 et accueillit une troisième fois la Fête-centrale de la Société des Etudiants Suisses.

Avec 30 Agauniens, l’Agaunia a inauguré en grande pompe, le 23 avril 2022, un nouvel écusson sur le balcon de l’hôtel-restaurant des Dents du Midi à St-Maurice. L’ancien écusson avait disparu lors de travaux en 2018…

Histoire