Bienheureux Maurice Tornay

Bienheureux Maurice Tornay

Maurice Tornay, ancien Agaunien, était un chanoine régulier suisse, missionnaire en Chine, martyr de la foi. Il a été béatifié par le Pape Jean-Paul II le 16 mai 1993.

Origines

Né le 31 août 1910 à La Rosière (Commune d’Orsières), mort le 11 août 1949 au col du Choula (Chine).

Fils paysans, Maurice étudie durant 6 ans au Collège de l’Abbaye de St-Maurice de 1925 à 1931. C’est durant cette période qu’il rejoindra les rangs de l’Agaunia. De son passage en Agaunia, nous sont restées quelques photographies de groupe sur lesquelles il porte le ruban des candidats (Füchse) de la Société des Etudiants Suisse. Sa casquette agaunienne est aujourd’hui conservée dans la crypte de l’église d’Orsières.

Dans toutes mes difficultés et mes peines, je tâche de trouver quelque chose de nouveau à mon esprit et de salutaire à mon âme. C’est ainsi qu’on arrive à bout de tout, et, n’est-ce pas ainsi que l’on doit conquérir sa palme de l’au-delà».

Lettre à son frère Louis, 12.12 1927

Après l’obtention de la Maturité, il entre au noviciat du Grand-Saint-Bernard le 25 août 1931. Chanoine régulier un an plus tard, il prononcera là-haut ses vœux définitifs en 1935.

Classe de principes 1925-1926

En Chine

On reconnait Maurice Tornay à ses lunettes et à son franc sourire.

À cette époque, la congrégation des chanoines du Grand St-Bernard est sollicitée par les Société des Missions étrangères de Paris pour envoyer des missionnaires dans l’Himalaya. Un premier groupe partira 1933. Ce premier détachement sera rejoint par un second auquel appartient Maurice Tornay. À sa demande il est envoyé en avril 1936 pour rejoindre ses confrères partis pour fonder au Tibet un hospice analogue à ceux que tienne les Chanoines du Grand-Saint-Bernard en Suisse, et arrive en mai 1936 dans la mission des marches tibétaines du Yunnan. Ordonné prêtre à Hanoï (Vietnam) le 24 avril 1938, il dirige le petit séminaire destiné à donner une formation de base au futur clergé indigène de 1938 à 1945.

Ton frère est prêtre, depuis ce matin. Ce que nous attendions depuis 14 ans, est arrivé…»

Lettre à son frère Louis de Hanoï le 24.4.1938

En juin 1945, il est nommé curé de Yerkalo, seul poste implanté dans le Tibet indépendant. Sa présence se confronte dès son arrivée à l’hostilité des lamas et il est expulsé de sa paroisse le 21 janvier 1946. En vain il cherche appuis auprès des représentants diplomatiques des nations occidentales à Nankin, et du nonce apostolique, afin de regagner sa paroisse.

Martyre

Finalement, il conçoit le projet d’aller plaider sa cause auprès du dalaï-lama. Avec l’assentiment de ses supérieurs, il se joint en juillet 1949 à une caravane en partance pour Lhassa.

Très cher M. Lovey…. Je pars, demain, après la messe. J’emporte ce qu’il faut pour la dire, car il est idiot d’aller au pays interdit, si ce n’est pour y tracasser les démons…. Je vous remercie du mot : « ne vous laissez jamais aller au découragement ». J’en ai besoin, car je suis bien un peu découragé. Je vous remercie infiniment pour toutes les messes que vous avez célébrées, car je crois qu’une messe n’est jamais dite en vain. Jusqu’où irai-je ? Qu’arrivera-t-il ? Je ne promets rien. Sicut fuerit voluntas Dei, sic fiat !»

De Téking, le 9.7.1949

À mi-chemin, on l’oblige à revenir sur ses pas. Tombé dans une sorte de guet-apens, il est abattu avec son serviteur tibétain, Dhossi, au col du Choula, à la frontière sino-tibétaine. Son corps est dépouillé par ses assassins puis recueilli quelques jours plus tard par ses confrères. Il repose désormais dans le jardin de la mission de Yerkalo.

Béatification

Les Chargen de l'Agaunia lors de la messe de béatification à Saint-Pierre de Rome.

La cause de béatification est ouverte à l’instigation de son compagnon de mission, le prévôt Angelin Lovey (lui aussi membre de l’Agaunia), avec un procès informatif diocésain à Sion (1953-1963) inauguré par Mgr Nestor Adam. Le Pape saint Jean-Paul II reconnaît à Maurice Tornay le titre de martyr de la foi en juillet 1992 et procède à sa béatification le 16 mai 1993. Lors de la célébration, une délégation d’Agauniens s’est rendue sur place.

 

Au Calendrier

Lors de la béatification du Serviteur de Dieu Maurice Tornay, le pape Jean Paul II a fixé la fête liturgique du nouveau bienheureux au 11 août, nous rappelant le martyre du chanoine, le 11 août 1949.

Et quidem in omnem terram exívit sonus eórum, et in fines orbis terræ verba eórum ». Rom. 10.18

Bienheureux Maurice Tornay